A la découverte de Papeete 

                                                  

Comme dans les villes relativement récentes, ce qu'il faut faire à Papeete (25769 habitants), c'est avant tout humer l'air, s'imprégner de cette atmosphère cosmopolite et tropicale, citadine et provinciale. Commencez donc par une promenade sur le boulevard Pomare qui s'étire à flanc de lagon. Après la plage aux pirogues où l'on aperçoit ses minces embarcations fendre silencieusement l'eau tandis que d'autres sont au repos suspendues à des treuils, après la piscine olympique où se sont entraînés de grands athlètes, admirez les yachts et voiliers de plaisance aux amarres, puis plus loin, les bateaux-écoles venues des quatre coins du monde (vous aurez peut-être la chance de tomber sur le brick l'Esmeralda de la marine chilienne), les immenses paquebots tel que le Gauguin. Arrivé ici, vous êtes à la hauteur du Fare Manihini où siège Tahiti Tourisme. Vous y trouverez des documents sur les fêtes, les expéditions, les musées, les croisières, etc.

En prolongeant votre promenade sur les quais, vous atteindrez les embarcadères d'où partent les ferries faisant la navette avec Moorea et les îles sous le Vent, puis plus loin encore le port de commerce et ses cargos. Au loin, vous apercevrez la silhouette grise des navires militaires à l'ancre. Vous pouvez alors rebrousser chemin et prendre la rue de l'École des Frères qui vous emmènera vers la mairie construite à l'occasion du centenaire de la municipalité. Des expositions y sont organisées régulièrement et vous permettront de jeter un coup d’oeil sur les lustres de cristal.

Continuez en prenant la rue des Remparts sur votre gauche qui longe la Papeava. A la place du Pont de l'Est, bifurquez à gauche dans la rue du Maréchal Foch. A son extrémité se trouve la cathédrale. Nous sommes, en 1856, date du début de sa construction, en pays protestant. Et le projet semble si ambitieux qu'il a failli être abandonné. Finalement, en 1869, les travaux reprennent. Des pierres sont importées d'Australie, des artisans viennent des Gambier pour élever le saint édifice. En 1987, l'ensemble est restauré.

Mais revenons au centre ville, juste en face du pieux bâtiment se dresse l'emblème du Papeete mercantile et moderne, le fameux centre Vaima qui abrite sous ses arcades des boutiques à la mode. Pour les amateurs d'exotisme, cette galerie marchande laisse peu indifférent.

Mieux vaut de beaucoup aller flâner dans le marché couvert à deux pas de là. Sa construction récente fidèle à l'architecture traditionnelle des halles a su préserver l'atmosphère inimitable des marchés. Ouvert très tôt dès 3h du matin, l'approvisionnement en légumes et fleurs commence, il attire des ménagères affairées aux toutes premières heures du jour. Plus tard viennent les touristes. Vous aurez tout loisir d'aller d'un stand à un autre. Les paniers regorgent de pyramides de fruits de toutes les couleurs : vert acide des citrons, orange des papayes mûres, jaune brun des ananas, blanc laiteux des noix de coco ouvertes...

Les légumes ont aussi la part belle, car ici diverses traditions de culture se rencontrent.

Il y a les tubercules locales, énormes ignames rugueuses, taro aux feuillages généreux qui se mangent comme des épinards, gros uru vert et grumeleux, grappes de bananes de montagne (fei), châtaignes de mape... Il y a aussi les légumes chinois, comme les pak choi (version chinoise des bettes) ou encore le gingembre. Enfin, vous reconnaîtrez les pommes de terre venues des Australes, carottes, aubergines et autres courgettes... Côté poissons, il vaut mieux attendre l'arrivée de la pêche dans le courant de l'après-midi avec ses livraisons de bonites à l'oeil argenté, de perroquets aux vifs reflets, de chapelets ou de mérous dodus.

Toujours à ce niveau, le quartier des fleurs avec la vente de bouquets et compositions florales à l'intérieur tandis qu'à l'extérieur, des femmes attendent en tressant comme leurs aïeules des couronnes de fleurs aux senteurs enivrantes. Au premier étage, retrouvez les stands de perles de Tahiti,  les curios, colliers de coquillages et tifaifai foisonnent.

En milieu d'après-midi, n'hésitez pas à refaire un crochet sur le front de mer histoire de regarder le bal des bonitiers venant décharger leur cargaison.

Si vos pieds ne vous fatigues pas trop, rendez-vous tout près au minuscule havre de verdure baptisé Parc Bougainville. En fait, il ne s'agit que d'un petit square autour de la statue du navigateur français.

Vous êtes désormais au pied de la plus vieille place de Papeete, la place Tarahoi (nom du marae royal d'Arue). C'est ici que la reine Pomare eut son premier palais. Et, c'est ici que le gouverneur Bruat choisit d'installer l'hôtel du gouvernement.

Pour conclure en beauté cette visite guidée, il suffit d'aller juste à côté dans l'avenue Pouvanaa A Oopa ( ex avenue Bruat ).

Et, s'il vous reste une once d'énergie, poussez jusqu'au temple Paofai tout rose et blanc. Il se situe à l'emplacement exact que Cook avait choisi pour sa chapelle. Et, même si vous n'êtes pas croyant, n'hésitez pas à assister à une célébration dominicale.

Juste à côté, le musée de la perle attirera peut-être l'oeil sagace des hommes galants et des femmes coquettes. La visite d'ailleurs n'est pas forcément douloureuse pour le portefeuille, mais plutôt instructive. Vous y apprendrez tout sur le cycle du naissain à la poe rava.

S'il vous reste encore un peu d'énergie, il n'y a que la route à traverser pour vous promener tranquillement dans les jardins de Paofai et découvrir un joli point de vue sur l'île de Moorea et la rade de Papeete.

La boucle est enfin bouclée. Il ne vous reste plus qu'à revenir après 17h vous soumettre au rituel des roulottes, sur le quai d'honneur. Là, dans les dernières lueurs, des estafettes prennent place, chargées à ras bord de bons petits plats à mijoter. Les brasiers et plaques s'allument, des néons jettent une lumière blafarde, des enseignes lumineuses clignotent, ici, on mange des crêpes ou des soupes chinoises, des steaks frites ou des poissons à la tahitienne sur des hauts tabourets accoudés au comptoir.

 

                                                                        

 


Hit-Parade